OM

André Villas-Boas revient sur les incidents à la Commanderie

par
André Villas-Boas, l'entraîneur de l'Olympique de Marseille.

La conférence de presse d'André Villas-Boas, ce mardi après-midi, s'est avérée très animée. Après avoir annoncé qu'il avait déposé sa démission, l'entraîneur de l'Olympique de Marseille, est revenu sur les violents incidents survenus à la Commanderie samedi dernier. Des tristes événements que le technicien lusitanien (43 ans) n'est pas prêt d'oublier.

"C'est dur. Difficile à vivre et, évidemment, il y a des actes de violence graves et, à la fin, on a été chanceux. Parce qu’il y a un moment, sur le pont où sont montées 30-40 personnes, qui ont décidé de ne pas entrer dans le bâtiment. Dix personnes sont entrées et c'est dur à vivre. On est chanceux dans ce moment-là. Grâce à une bonne intervention de la sécurité et, aussi, une prise de conscience des personnes qui étaient sur le pont. C'était un moment de choc, heureusement, on a été chanceux, personne n'a été blessé. J'ai vécu, j'ai regardé à la télé des incidents pareils de l'académie sportive du Sporting, qui a mal fini, avec beaucoup d'agressions des joueurs. Dans ma tête, je me suis dit que ça pouvait se passer et c'est pour ça que je suis sorti pour essayer d'apaiser tout cela", a expliqué le tacticien portugais, et de poursuivre.

"Mentalement, c'est passé, on est en contact direct avec les personnes qui sont responsables de notre sécurité à l'OM. On n’était pas en condition de jouer le match, je remercie Julien Stéphan pour son message, Rennes pour sa prise de position. Maintenant, c'est le passé, il y a des actions judiciaires, mais oui, c'est une chose qui va rester dans ma tête pour beaucoup de temps. C'est la frustration maximale qui porte cela. Il y a des limites, elles ont été dépassées. Avoir regardé cela par rapport au moment, c'était dur. Chacun répond de façon personnelle à ce qu'ils ont vécu. On essaye de discuter, d'être aux côtés de nos joueurs pour les soutenir", a-t-il conclu sur le sujet.