OM par

Garcia poussé vers la sortie, le projet sportif modifié : l'été sera chaud à Marseille !

Commentaire(s)
Jacques-Henri Eyraud, le président de l'OM, ici aux côtés d'Andoni Zubizarreta (directeur sportif) et Frank McCourt (président).

L'été s'annonce mouvementé à l'Olympique de Marseille. Le club phocéen, qui n'a rempli aucun de ses objectifs de la saison, pourrait s'offrir un grand ménage cet été. Le projet sportif devrait également évoluer.

C'est officiel depuis quelques heures : l'Olympique de Marseille ne disputera pas de Coupe d'Europe l'an prochain. Lourdement défait face à l'Olympique Lyonnais hier soir au Stade Vélodrome (0-3, analyse et notes), le club phocéen, actuel sixième au classement (55 points), ne pourra pas espérer mieux qu'un cinquième rang final. Au sortir de cette saison très décevante, les têtes pensantes de la formation phocéenne vont donc devoir prendre des décisions fortes.

"On pensait qu'avec nos bonnes performances de la saison dernière, on allait clairement faire mieux en maintenant le groupe et en le renforçant. De ce point de vue, je ne le cache pas, je suis très, très déçu. Et il va y avoir pas mal de changements, c'est évident. Nous avons conscience de la situation", explique ainsi Jacques-Henri Eyraud, le président des Ciel-et-Blanc, dans un long entretien accordé au numéro de France Football qui paraîtra ce mardi.

Rudi Garcia vers la sortie

Un départ de Rudi Garcia, pourtant prolongé l'été dernier jusqu'au 30 juin 2021, semble inéluctable. Selon RMC Sport, le licenciement du technicien français, qui a commencé à sonder le marché pour trouver un nouveau poste, coûterait environ 10 millions d'euros à l'Olympique de Marseille. Nos confrères précisent que la direction marseillaise attend d’en savoir plus sur les potentielles touches de son futur ex-entraîneur pour tenter d’alléger la note liée à son éviction.

S'il reste flou au sujet de l'avenir proche de Rudi Garcia, Jacques-Henri Eyraud, qui tente également de sauver sa tête, a déjà une petite idée sur la stratégie de l'OM pour la saison prochaine. Avec plusieurs joueurs à forts salaires, difficilement transférables, le club phocéen va être plus ou moins contraint et forcé de "prendre une autre direction", en tablant "davantage sur des jeunes, ce qui a déjà été amorcé avec Caleta-Car, Radonjic, ou le temps de jeu accordé à Kamara et Lopez".

Jacques-Henri Eyraud tente de faire front

Le président délégué de l'Olympique de Marseille, qui reste déterminé, l'assure ensuite : cette saison ratée dans les grandes largeurs n'a fait qu'accélérer ce processus. "On a toujours prévu de tendre progressivement vers cela pour pérenniser économiquement le projet. Nous faisons un travail de fond considérable depuis presque trois ans sur la formation et nous commençons à en voir des résultats", estime le dirigeant olympien, avant de préciser ses propos.

"Maintenant, nous savons aussi qu'à Marseille nous devons miser sur des joueurs de caractère qui ont envie de se battre pour le club. Ce sera dans le cahier des charges du recrutement. J'ai été attentif aux attitudes tout au long de la saison. Je le serai tout autant lors des derniers matches", avertit le dirigeant marseillais, qui dit encore avoir la force et les idées pour relancer l'OM sur un nouveau cycle. Suffisant pour ne pas être une victime du grand ménage fortement pressenti ?